HP créait la surprise en 2015 avec le premier Spectre x360, un ultraportable convertible qui parvenait à allier un excellent niveau de finition, un très bel écran et des performances très honorables. Quelques mois plus tard, la marque sort une nouvelle version qui profite d'un processeur Intel de dernière génération. Reste à savoir si cette petite nouveauté fait réellement la différence.
En plus d'embarquer une configuration intéressante (processeur Intel de dernière génération, SSD, dalle Full HD), le HP Spectre x360 se pare d'une finition en aluminium et d'une charnière qui permet une rotation à 360° de son écran tactile. Il peut donc s'utiliser de différentes manières (portable, chevalet...). Ce modèle semble bien armé pour affronter les cadors du segment que sont Apple, Asus, Lenovo et Acer.

Note : Cette version 2016 du Spectre x360 est très semblable, à l'extérieur, au Spectre x360 de l'année dernière. En conséquence, nous avons procédé à une mise à jour du test de l'année dernière, en prenant en compte le nouveau processeur. A noter que le produit est également disponible en version 256 Go, pour 200 à 300 € de plus.

HP a apporté un soin tout particulier à la qualité de fabrication. L'aluminium qui habille le Spectre x360 est très agréable sous les doigts et l'ensemble est soigné sans montrer le moindre défaut de conception ou de fabrication. Aucun jeu n'est visible et l'ensemble respire la solidité. La dénomination x360 recouvre les modèles convertibles de la marque (Pavillon x360 ou encore Envy x360) Batterie Dell Inspiron N5010 . Le Spectre reçoit donc une charnière qui lui permet de se contorsionner comme son concurrent direct, le Yoga 3 Pro.
Elle oppose une juste résistance lors de l'ouverture. Le passage d'une position de l'écran à une autre ne pose aucun problème. Seul petit défaut, en utilisation tablette, le capot ne se solidarise pas complètement de la base à cause de leur conception biseautée, ce qui gène légèrement à la préhension de la machine dans ce mode.

Le clavier, de type chiclet, profite d'un rétroéclairage complet de couleur blanche. Il ne propose qu'un niveau de rétroéclairage. Ce dernier est suffisamment puissant pour une parfaite utilisation dans l'obscurité. Les touches sont de bonne taille, dotées d'un rebond consistant et d'une longueur de frappe très agréable. Petit plus, leur revêtement est particulièrement agréable sous les doigts. On prend beaucoup de plaisir à l'utiliser et les longues séances de frappe ne lui font pas peur. HP a opté pour un touchpad de grande taille. On pourrait croire que la taille sera un handicap pour le positionnement des mains sur les repose-poignets, mais il n'en est rien. La glisse est précise et agréable avec ses clics rapides et ses raccourcis Windows 8 utiles.
Le refroidissement n'est pas exceptionnel puisqu'en plein stress-test nous avons relevé une température maximale de 45,4°C au niveau de l'extracteur d'air situé sous la machine. Il faudra donc bien penser à la poser sur une surface dure et plane avant d'entreprendre des tâches gourmandes en ressources. Le Spectre x360 reste cependant silencieux, avec un maximum d'émissions sonores mesuré à 37 dB(A).

La dalle brillante de type IPS affiche une définition de 1 920 x 1 080 px. Elle offre une luminosité maximale de 390 cd/m² et un taux de contraste de 1 080:1. Des résultats qui permettent d'obtenir un bon niveau de lisibilité, quelle que soit la luminosité ambiante. La colorimétrie n'est pas en reste :

Le delta E — écart moyen entre les couleurs affichées et les couleurs réelles — est mesuré à un très bon 2,5. La température des couleurs est quasi parfaite, à 6356 K pour une norme fixée à 6500 K. La courbe de gamma est particulièrement plate, gage de dégradés dans les tons clairs et sombres parfaitement restitués.
Chose rare jusque-là chez HP, la dalle d'affichage est ici très bonne et rivalise avec les meilleurs concurrents (Asus N551JK et Apple MacBook Pro 2015).
La configuration reçue en test comprend un processeur Intel Core i5-6200U, 8 Go de mémoire, un chipset Intel Graphics HD 520 et un SSD de 128 Go.
Cette nouvelle itération du HP Spectre x360 profite, sans surprise, d'un processeur Intel Skylake, de 6e génération (Core i5-6200U). Il s'agit d'un processeur double-cœur gravé en 14 nm, proposant des fréquences comprises entre 2,3 et 2,8 GHz. Autant être direct : le gain de performances par rapport au modèle de l'année dernière, doté d'un processeur Broadwell, est insignifiant. Notre indice de performances, issu de nos benchmarks, est même très légèrement inférieur à celui du x360 de 2015. L'écart est cependant très faible. 
Mais rassurez-vous, en pratique, le Spectre x360 se montre très réactif : on ne sent presque aucune latence lors des lancements de programmes. On peut d'ailleurs sans peine faire tourner un large panel de logiciels ; la bureautique, même lourde, ne pose aucun problème, pas plus que l'export de photos ou l'encodage vidéo. Le processeur sera logiquement à la peine lors de tâches plus complexes comme l'application de filtres gourmands sous Photoshop. L'utilisation est globalement satisfaisante et le Spectre x360 s'avère être un bon compagnon de travail.
Comme de coutume sur les ultrabooks, la partie graphique est laissée aux mains du chipset intégré au processeur, ici un Intel HD Graphics 520. Sans surprise, il offre des performances légèrement plus élevées que celles de l'ancienne génération, mais il reste loin des résultats obtenus avec une carte graphique dédiée.
Les performances en jeux sont faibles. Il faudra vous contenter de titres peu gourmands ou anciens. On peut en revanche pleinement profiter de la ludothèque présente sur le Windows Store. La lecture de vidéo est un jeu d'enfant pour lui ; il peut décoder un large panel de formats.
Le Spectre affiche des dimensions (32,5 x 1,6 x 21,8 cm) et un poids (1,4 kg) corrects pour un ultraportable de 13,3". Il se place entre l' Acer S7-393 et un MacBook Pro 2015. HP a même pensé à fournir une housse de transport. Un accessoire fort utile avec une machine que l'on emportera partout et qui tiendra 7h avant de demander une recharge (visionnage d'une série sur Netflix, écran à 200 cd/m², casque branché). Après la dalle d'affichage, HP nous étonne cette fois par l'endurance de sa machine.
HP-Spectre-1.jpg
La connectique est très complète et propose trois ports USB 3.0, un HDMI, un mini-DisplayPort, une prise combo micro/casque et un lecteur de carte SD. On apprécie que le port HDMI soit de type plein format, mais on regrette l'absence d'un dongle Ethernet que l'on trouve chez certains concurrents.
Si HP a su nous surprendre par la qualité d'affichage et l'autonomie de ce Spectre, il n'en va pas de même pour la restitution audio. Il faut dire que cette dernière est de toute façon le parent pauvre d'une écrasante majorité de portables.

La sortie casque est relativement bonne, avec une image stéréo satisfaisante, mais une légère distorsion dès que l'on s'approche du maximum du volume.
Spectre x360 12

Les haut-parleurs déçoivent Batterie Pour Dell J1KND , avec un rendu sonore correct, mais qui sature très vite. Ils sont donc à réserver pour de la communication vocale ou une écoute musicale à faible volume, dans un environnement peu bruyant.