Le marché du PC portable pour joueurs est en pleine expansion et c'est au tour d'Acer de s'y engouffrer avec sa gamme Predator. Brisons de suite le suspense : pour un coup d'essai, c'est un coup de maître.
Avec sa nouvelle gamme Predator, Acer saute à pieds joints dans le marché du PC portable gamer, actuellement dominé par Asus, MSI ou encore Alienware. La marque taïwanaise entend donc se faire une petite place sur ce créneau et nous propose ici un portable de 15 pouces qui a toutes les caractéristiques de la machine pour joueur : carte graphique GeForce GTX 980M, processeur Core i7 de dernière génération, 16 Go de mémoire vive... sans oublier un look tout en rouge et noir.

Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver la source d'inspiration d'Acer en matière de design. La marque pioche ainsi allègrement chez la concurrence et l'on se retrouve devant un mélange de ROG d'Asus et des machines d'Alienware. L'ensemble est lourd et épais comme il faut (3,4 kg pour 3,9 cm de haut) et coche les principales caractéristiques d'un portable gamer : revêtement noir de type softouch qui apporte un toucher très doux — en contrepartie des traces de doigts —, clavier affichant de multiples couleurs, touches Z, Q, S et D soulignés, logo agressif et traits rouges sur le capot. La construction est solide et le châssis profite d'un bon niveau de finition.

Le clavier est de type chiclet et offre une frappe agréable. Les touches sont bien espacées, s'enfoncent suffisamment et s'avèrent parfaites pour de longues séances de frappe. On profite également d'un rétroéclairage dynamique réglable par un outil maison. Juste au-dessus du clavier, 5 touches dédiées aux macros peuvent être reparties sur 3 profils différents (pour un total de 15 raccourcis configurables). Le paramétrage se fait là encore très simplement via l'outil Predator Sense. 

Le touchpad est assez large et glisse correctement, même si l'utilisateur de ce type de portable privilégiera bien entendu une souris dédiée au jeu. Notons également la présence bienvenue d'un bouton — très accessible — permettant de désactiver cette surface tactile. Batterie Asus X72J .

Le Predator 15 est évolutif. Une trappe facile à retirer (seulement 2 vis) permet d'accéder à deux emplacements libres pour de la RAM en DDR4, au HDD préinstallé et à un emplacement supplémentaire pouvant accueillir un second SSD au format M.2 PCIe.

Côté connectique, tout y est, qui plus est de manière très accessible : quatre ports USB 3, un port USB Type C, un port HDMI, un RJ45, un DisplayPort, une sortie jack casque et une entrée micro.
1_Test Acer Predator 1.jpg
Petite originalité pour optimiser le refroidissement, Acer propose de série un ventilateur supplémentaire qui s'installe très facilement en remplacement du lecteur optique. Il permet de faire descendre la température de quelques petits degrés supplémentaires.
Sans ce ventilateur, on relève ainsi un point chaud à 42,6°C à l'avant, et 55,6°C à l'arrière. Comme sur le ROG G752, la chaleur est principalement évacuée par l'arrière. En ajoutant le ventilateur supplémentaire, la température passe à 38,9°C à l'avant et reste quasiment la même à l'arrière. Le bruit passe quant à lui de 39 dB à 40 dB. La machine est donc un poil plus bruyante que le ROG G752, qui oscille, lui, entre 37,5 dB et 41 dB. On entend ainsi un souffle permanent mais acceptable durant un jeu gourmand en ressources.
Le Predator 15 d'Acer profite d'un écran mat IPS de 15,6 pouces affichant une définition Full HD (1920 x 1080 px). C'est un format intéressant pour jouer et qui offre un bon compromis entre le confort visuel et la compacité. La dalle affiche une luminosité maximale satisfaisante (320 cd/m²), mais un taux de contraste un peu décevant qui ne dépasse pas 680:1. Reste que la dalle mate offre tout de même une bonne lisibilité.
La colorimétrie est plutôt bonne, avec un delta E mesuré à 4,3 et une température des couleurs à 6630 K. Des chiffres très corrects qui se traduisent par des couleurs assez fidèles et un rendu équilibré. La courbe gamma est relativement régulière mais met en évidence des noirs assez bouchés.

Dans la catégorie des PC portables gamer, l'écran du Predator 15 se situe donc dans le haut du panier, essentiellement grâce à sa bonne colorimétrie et sa dalle mate.

Impossible d'imaginer autre chose qu'un processeur Intel Core i7 de sixième génération dans une machine comme celle-ci. On profite donc d'un 6700HQ, CPU à 4 cœurs proposant des fréquences allant de 2,6 GHz à 3,5 GHz en mode Turbo. Les 16 Go de RAM en DDR4 et le SSD de 128 Go couplés à cette configuration permettent d'espérer un très bon indice de performance... et il est bien au rendez-vous.
Que ce soit pour de la bureautique avancée, du montage vidéo lourd ou de la retouche photo à haut niveau, le Predator 15 ne bronche pas. Windows 10 tourne ainsi comme un charme, démarre en 12 secondes et se coupe en 11 secondes.

Le Predator 15 d'Acer est décliné en deux versions : l'une avec une carte graphique GeForce GTX 970M, l'autre avec une 980M (4 Go de GDDR5). C'est cette dernière version que nous testons ici. La GTX 980M est la carte la plus haut de gamme de Nvidia pour un laptop, si l'on excepte bien entendu la 980 — que l'on trouve notamment sur MSI GT72S Dragon Edition. Sans grande surprise, les résultats de nos benchmarks sont excellents.
En pratique, il est possible de jouer à tous les jeux du marché dans la définition native de la dalle et avec un niveau de détails calé entre "élevé" et "très élevé". Nous avons ainsi pu faire tourner Crysis 3 (détails max.) à 33 images/seconde, Metro Last Light (détails max.) à 41 i/s, ou encore The Witcher 3 (détails max.) à 59 i/s. Pour des titres un peu plus anciens, comme Tomb Raider ou Battlelfield, les 60 i/s sont allègrement dépassées (118 i/s sur Tomb Raider, 85 i/s sur Battlefield 4).
3 kg sur la balance, presque 4 cm d'épaisseur... le Predator 15 est une machine difficile à transporter, et plus encore avec son volumineux chargeur. Reste un format 15 pouces relativement compact qui permet même de le poser sur les genoux pour taper du texte.

Bonne surprise du côté de l'autonomie, puisque notre test de lecture sous Netflix (sous Chrome, casque branché, luminosité à 200 cd/m²) a tourné pendant 5h20. Un excellent score en comparaison des autres PC portables gamer (le MSI GS60 tourne pendant moins de 2h, le ROG G752 d'Asus pendant 2h20). Batterie Pour Asus A32-K72 .

En jeux, en revanche, cette durée fond comme neige au soleil : en activant Nvidia Battery Boost (qui limite le nombre d'images par seconde à 30), un titre comme Metro Last Light vide la batterie en 1h. 
La sortie casque du Predator 15 est de bonne qualité. La distorsion est assez faible (0,03 %), l'ensemble du spectre sonore est bien restitué et la puissance est dans une bonne moyenne.

Côté haut-parleur, Acer a eu la bonne idée d'intégrer un subwoofer sous le châssis. À l'écoute, on constate en effet que les basses sont assez présentes, mais saturent assez vite. Le passage en labo audio permet d'afficher une courbe cependant très moyenne et seule la voix ressort vraiment de manière claire (graphique ci-dessus).